formation apiculture essaim écologie
Bourgogne du Sud
Page d'accueilPlan du site
 

FORMATION PROFESSIONNELLE - AGRICULTURE (Agrément VIVEA) - SÉMINAIRES ENTREPRISES

VISITE DE RUCHERS, INITIATION, PERFECTIONNEMENT APICULTURE BIO

VENTE D'ESSAIMS, RUCHES ET PRODUITS DE LA RUCHE, MIELS, POLLEN FRAIS CONGELÉ

STAGES ET FORMATION ARBORICULTURE - VENTE DE PRODUITS DU VERGER - PURS JUS ET NECTAR

Les bienfaits du contact avec la nature , ses produits, dans une approche de développement durable et d'autosuffisance

 
Laissez-nous votre message!
Email :
Nom :
Prénom :
Message :
Veuillez recopier le texte
affiché dans l'image :

Culture Nature 71 - Bourgogne du Sud
Yves ROBERT Apiculteur, formateur et auteur   06 87 14 90 66

3 c rue du lieutenant Bonnet  71240 Sennecey-le-Grand  info@culturenature71.com
Vous voulez aussi agir...

Nous agissons dans trois axes prioritaires:

- développer concrètement les synergies entre protection de la nature et activité de production agricole de grande qualité

- participer à produire une alimentation saine et source d'équilibre et de bien être

- prendre en considération l'être humain dans sa totalité dans les échanges sociaux et commerciaux

Contactez-nous 0687149066 Plus d'info
 
Les parrains de ruches restent fidèles
Installation du rucher du Lycée horticole et du Paysage de Tournus
Catalogue Découverte Immersion Savoir et Programme à la carte saison 2016
Notre addiction à la rationalisation est une folie
Vign_DSC05653-recadre

Pris entre la nécessité morale de changer radicalement de cap et la poursuite, dans les faits, de la mauvaise trajectoire de notre civilisation, nous nous trouvons en pleine dissonance cognitive. Au lieu de saisir l'opportunité de cette mise au pied du mur, pour interroger en profondeur la situation, nous fuyons dans notre tête la réalité, qui nous interpelle pourtant avec une force inouïe.

 

Sébastien Bolher, rédacteur en chef de la revue Cerveau & Psycho, a mis au jour "le bug humain" de ce XXIe siècle consistant dans le fait que "notre cerveau nous pousse à détruire la planète", selon le titre même de son livre publié récemment aux éditions Robert Laffont en 2019.

Son argumentaire soulève, notamment, les questions suivantes: "Peut-on lutter contre soi-même ? Et si notre cerveau était devenu notre pire ennemi ?" Cela expliquerait que, dans la situation extrêmement difficile où se trouve l'humanité, nous nous contentons de rester en roue libre. Comme si le contrôle de nos fonctions cérébrales pouvait nous échapper à ce point. Comme si nous étions, déjà, toutes et tous devenus fous...

Certes, nous nous trouvons dans une situation psychique assez précaire du fait de la dissonance cognitive sévère qui provient de la flagrante contradiction entre la nécessité morale de changer radicalement de cap et notre contribution, dans les faits, à la poursuite de la mauvaise trajectoire de notre civilisation.

Mais pourquoi sommes nous encore si nombreux à persister dans cette situation intolérable, qui appelle évidemment une prise de décision forte de notre part? En fait, il nous faut trouver les moyens et la volonté de refuser de nous soumettre, aux forces extérieures et intérieures, qui nous maintiennent dans une compromission inavouable.

« Dans la situation de soumission induite, les participants sont conduits à réaliser des actes allant à l'encontre de leurs attitudes ou opinions ou encore de leurs motivations(…) Des expérimentations montrent :

  • Qu’il est possible de modifier les attitudes d’un individu en l’amenant à réaliser un acte qu’il n’aurait pas réalisé spontanément et qui, par conséquent, peut être qualifié d’acte de soumission : défendre oralement ou par écrit un point de vue différent du sien.
  • Que les modifications d’attitude consécutives à l’acte de soumission dépendent de la rémunération offerte.

(...) La théorie de la dissonance décrit le processus par lequel un agent obéissant et déclaré libre rationalise ses comportements problématiques impliqués par son obéissance, c’est-à-dire finit par attribuer suffisamment de valeurs à ses comportements pour que leurs réalisations soient justifiées. Il s’agit de la rationalisation cognitive. » (Source : https://www.researchgate.net service d’accès à des textes scientifiques)

Partant de l'hypothèse "bolherienne" d'une inadaptation de nos fonctions cérébrales aux enjeux de la civilisation humaine moderne, nous voilà aiguillé sur une piste nous re-responsabilisant: notre addiction à la soumission.

Soumission, certes non voulue délibérément; et, surtout, non dite, puisque nos instituons démocratiques proclament officiellement la poursuite de la préservation de nos libertés. Mais, nous voyons bien que, dans les faits, que ce n'est pas le cas. Nous nous trouvons, bel et bien, en situation de soumission, certes induite, mais bien réelle. Nous en avons pris l'habitude, l'éducation nous ayant aidé à prendre le pli.

Les agriculteurs sont soumis à l'usage des pesticides, que la plupart d'entre eux réprouvent. (Lire: Sortir de la dépendance aux pesticides  Source: fondationbiodiversite.fr). Les salariés sont soumis aux perversions institutionnalisées d'un système socialo-économique mettant au commandes les plus narcissiques d'entre-nous (Lire: Le pouvoir comme perversion narcissique  Source:inventin.lautre.net). Les citoyens est soumis à des autorités qui conduisent notre destinée en sans inverse, risquant à tout moment le crash... (Lire: Complicité de malfaiteurs contre l'humanité... Source Blog Mediapart)

Le vrai danger n'est pas tant notre situation actuelle de soumission que le fait que dans la trajectoire de la soumission, il n'y a pas de point limite... Puisque, tout être vivant, par nature autonome, a déjà franchi une ligne rouge en se soumettant durablement, pour quelque motif que ce soit.

Car, si vraiment nous ne sommes pas en situation de soumission, qu'est-ce qui nous empêche de chercher à changer, dans la direction qu'il conviendrait, nos habitudes de vie? Qu'est-ce qui fait que nous passons plus de temps à justifier que nous ne le faisons pas, plutôt qu'à chercher les possibilités de le faire?

Au demeurant, il est aussi évidant, qu'isolément, nous sommes grandement fragilisés. C'est pourquoi l'individualisme forcené est un ennemi bien plus grand que notre propre cerveau, qui certes, à la fâcheuse tendance à fonctionner plus allègrement sur les plans à très courts termes, que dans les perspectives à long termes. Mais, cela reste une question de manque d'entrainement.

Oui, nous pouvons - et sans doute devons - lutter contre nous-mêmes, pour d'abord sortir de la soumission et de l'isolement et, recouvrir ainsi nos pleines capacités à relever les défis du XXI siècle! (Et non laisser faire plus d'autoritarisme dans le secret espoir d'être obligé par d'autres à faire ce que nous n'avons pas le courage, par nous-même, d'entreprendre.)

 
Agrandir la carte
  3 c rue du lieutenant Bonnet
71240
Sennecey-le-Grand
Bourgogne
France
0687149066
 
Vign_DSC00655-r
 
Vign_DSC03439
Chantal Jacquot et Yves Robert © 2011-2014
Créer un site avec WebSelf